Sélectionner une page

Quand le stress devient de l’angoisse

Je stresse à mort… Et alors ?

 

C’est vrai, je suis une stressée de la vie.  J’ai toujours mille projets sur le feu, des dead-lines que j’oublie, je me retrouve à procrastiner, l’angoisse monte, je suis persuadée que mon monde va s’écrouler et pourtant… Je suis toujours là !

 

Dans ma pratique de coaching, j’ai des outils qui permettent à mes clients de se sentir apaisés, d’objectiver leurs obstacles, de changer les croyances qui les empêchent d’avancer et comme beaucoup, le vieil adage qui me colle à la peau est que c’est toujours le cordonnier le plus mal chaussé.

Je suis efficace professionnellement, je mets tout mon cœur  à trouver avec le client, les options qui pourront l’accompagner efficacement.

Alors, parce qu’aujourd’hui, j’ai justement eu l’occasion d’avoir une grosse montée d’adrénaline angoissante, de celles qui produisent du cortisol plutôt que de l’énergie, je me suis dit que de m’appliquer mes conseils, le faire en toute bienveillance pour moi, d’arrêter de me fouetter mentalement, ne pouvait qu’être bénéfique pour la suite de mes projets. Je me suis donc « auto-coachée »,  j’ai fait le bilan sans concession de ce que cette angoisse m’apporte ou me reprend et plutôt que de vous parler de moi, je vais vous donner les pistes que j’ai mises en place pour respirer…
Parce qu’il s’agit bien de cela n’est-ce pas ?
Retrouver la respiration nécessaire à la dissolution de cette boule d’angoisse, que personnellement, je visualise comme étant une balle de ping-pong complètement ingérable, qui danserait la techno sur un air endiablé.

Etant donné qu’elle se situe plutôt dans le plexus, je vous laisse imaginer les répercussions de ces percussions.

 

L’outil que j’ai utilisé aujourd’hui est l’hypnose, ou plutôt, l’auto-hypnose, étant donné que j’ai conduit cette séance seule.

Dans ma pratique de coaching, j’utilise également l’EFT et la TAT, mais ici, c’est de l’hypnose dont nous allons parler.

 

L’hypnose pour soulager mon angoisse, un peu de théorie…

 

Il existe de nombreuses méthodes pour travailler sur l’angoisse. L’hypnose en est une. Des suggestions directes de soulagement de l’angoisse peuvent se révéler très efficaces.

 

On peut apprendre au patient à se dissocier des situations qui génèrent l’anxiété.

 

On peut y parvenir en emmenant le patient dans un endroit où il se sent en sécurité, dans lequel il se sent apaisé ; on peut également remonter à un moment de sa vie, à un âge ou à une situation, dans laquelle il se souvient qu’il ne connaissait ni l’angoisse, ni le stress.

Le processus d’induction et l’approfondissement de la transe hypnotique, le soulage généralement assez rapidement. En lui offrant des ancrages qu’il pourra reproduire dans une situation de stress, il apprendra assez rapidement à réguler seul cette angoisse. Etant donné que l’on parle ici de thérapies brèves, « rapidement » signifie de une à six séances, en fonction du degré d’angoisse et de la faculté de compréhension des techniques employées.
Un ancrage que le patient peut activer à son gré, l’amènera à déclencher un processus de relaxation.

 

Il est utile de souligner que les séances d’hypnose peuvent et parfois  doivent être utilisées avec des interventions thérapeutiques et allopathiques conventionnelles.

 

Certaines personnes sont sujettes à un sentiment constant d’anxiété. Un état diffus de tension et d’agitation.

 

Cette angoisse a généralement une cause, mais le client la dissocie de sa source. C’est la raison pour laquelle, seul son inconscient connaît l’origine de la source. En tant qu’hypno-thérapeute, il est important de prendre le temps de retrouver ces motifs enfouis.

 

Il est important de savoir que l’angoisse résulte souvent d’un facteur biologique. Demander un test sanguin à votre médecin et pallier vos carences par des compléments alimentaires et une bonne hygiène de vie, peut vous aider rapidement.

N’acceptez jamais de vous laisser dire qu’il faut apprendre à vivre avec, que le stress est le mal du siècle et que l’on ne peut rien faire pour vous.

Les crises d’angoisse, de panique, sont de véritables freins dans votre vie de tous les jours.
Elles peuvent amener à une dépression si elles sont récurrentes dans votre vie privée et/ou au burn-out, si elles sont présentes dans votre milieu professionnel.

 

Un anxieux s’arrête rarement de penser, il appréhende tous les scénarii possibles, il vit dans le futur et se voit au travers du prisme de sa peur.

 

Apprendre à stopper le flux de nos pensées, apprendre le lâcher-prise, arrêter de tout vouloir contrôler et arriver à se créer un espace de paix intérieure n’est pas une illusion, mais bien une méthode.

 

Quelques questions et exercices pratiques.

 

Savez-vous d’où vient votre angoisse habituellement ?

 

Cette peur que vous avez, arrive-t-elle toujours dans les mêmes circonstances ?

 

Vous vient-elle d’un épisode du passé que vous avez clairement identifié ou est-elle plus sournoise ?

 

Est-elle le résultat d’un manque de confiance en vous, d’un manque d’estime de vous, d’un syndrôme de l’imposteur (vous savez, cette petit voix qui vous susurre à l’oreille « mais qui es-tu pour faire cela ?) ?

 

Avez-vous tendance à subir la procrastination ?
Beaucoup de personnes pensent que la procrastination est leur manière de fonctionner, qu’elles ne travaillent jamais mieux que dans l’urgence. Peu, cependant, se rendent compte à quel point cette manière de fonctionner peut les angoisser.

Pour les personnes qui carburent à la procrastination, j’ajouterai ici un article sur la procrastination, qui pourra vous éclairer…

 

Le fait d’identifier le plus simplement possible la source, va déjà mettre un éclairage différent sur votre stress.

 

Prendre le temps de vous mettre en pause, pour vous poser ce genre de questions, va vous permettre de retrouver un souffle. Un souffle nouveau et bienveillant qui vous apaisera déjà d’une partie de cette souffrance ou de cette croyance.

 

Exercice d’auto – suggestion pour parvenir à dompter ce stress.

 

Vous aurez certainement besoin de relire quelques fois cet exercice pour vous en imprégner, mais vous en comprendrez très vite le sens et pourrez, avec vos mots et vos images, vous l’approprier.

Je vous recommande de le faire à un moment où vous êtes détendus, pour vous permettre de l’ancrer profondément en vous et pouvoir le ressortir au moment crucial où vous en aurez besoin.

 

Installez-vous confortablement, dans un endroit qui vous plaît, au calme, avec un plaid qui vous gardera bien au chaud.
(En effet, l’état de conscience modifié dans lequel vous allez vous retrouver, va ralentir votre rythme cardiaque et peut amener une sensation de fraîcheur durant laquelle vous serez heureux de retrouver un peu de chaleur).

 

Posez vos pieds bien à plat au sol et respirez calmement, profondément, en prenant de grandes inspirations ventrales. (Si vous n’avez pas l’habitude de pratiquer cette respiration, il vous suffit de poser vos deux mains sur le ventre et vous devez le sentir se gonfler, lors de l’inspiration. Exercez-vous et vous intégrerez très facilement cette nouvelle manière de procéder).

 

Prenez de grandes inspirations et tenez de longues expirations.
Concentrez-vous sur ce que cet exercice produit en vous.
Ne vous préoccupez pas d’un bruit extérieur, d’une mouche qui vole ou de quoi que ce soit d’autre. Seules les sensations liées à votre respiration sont importantes.

Faites cela cinq fois.

 

Lorsque que vous serez à la cinquième expiration, visualisez un escalier. Le plus bel escalier que vous pouvez imaginer. Il a le nombre de marches parfait, la couleur et la matière rêvées. C’est le plus bel escalier que vous ayez jamais eu à descendre.

Au bas de celui-ci, se trouve une porte, magique et magnifique, elle aussi.

 

(Ne vous mettez pas de limites quant aux matériaux ou design de votre imagination. S’il y a bien un lieu où vous pouvez vous laisser aller, c’est ici).

 

Vous descendez lentement cet escalier, vous comptez les marches et à votre rythme, comme il vous plaît, vous ouvrez la porte.

 

Derrière cette porte, vous vous retrouvez dans un paysage enchanteur, fait des couleurs et de toutes les choses que vous aimez le plus dans votre vie. Vous y voyez ce que vous aimez voir, sentez ce que vous aimez sentir et touchez les éléments qui vous sont agréables.

Vous pouvez vous asseoir pour admirer cet endroit, vous pouvez vous y promener, vous êtes dans un total endroit de libertés personnelles. Tout ce qui est ici vous appartient, vous pouvez y ajouter tout ce qui vous plaît d’y ajouter.

 

Vous savourez ce merveilleux moment relaxant, en sachant que cette expérience magique et unique se passe en vous. Elle vient de l’intérieur de vous et toutes ces sensations font parties de votre réalité interne.

 

Si vous avez continué à marcher, asseyez-vous maintenant dans cet endroit créé pour vous, par vous.

 

Une partie de vous crée chaque sensation, chaque émotion, tout ce que vous ressentez. Comme vous les créez, vous disposez, à votre convenance, de ces sensations de confort et de bien-être intenses. Vous contrôlez maintenant vos sensations.

 

Si vous voulez vous en assurer, prenez à nouveau une profonde inspiration et lors de votre expiration, vous allez vous sentir encore plus paisibles.

 

Dans cet état, rien ne peut vous atteindre comme sensations négatives, rien ne peut vous inquiéter ou vous toucher émotionnellement.

Vous êtes détendu, calme et à l’aise, parce que vous choisissez de l’être.

 

A chaque inspiration, remplissez vos de ces sensations de confort et de bien-être.

 

A chaque expiration, toutes les sensations négatives, tous les soucis, tote l’anxiété disparaissent simplement.

 

Tout ce que vous devez faire, c’est inspirer et expirer profondément, pour retrouver immédiatement cet état confortable.  

 

Lorsque vous estimerez le moment venu, vous vous lèverez et vous irez, à votre rythme, vers la porte. Prenez tout le temps dont vous avez besoin, pour ramener avec vous tous ces éléments positifs dont vous disposerez désormais à votre guise.

 

Emportez avec vous tout ce qui vous sera nécessaire et utile. Choisissez un geste (par exemple vous toucher le lobe d’une oreille), que vous intégrer comme étant un ancrage.

 

Fermez maintenant doucement cette porte et remontez, toujours tranquillement, le bel escalier.

 

Vous avez maintenant un ancrage dont vous pouvez vous servir lorsque vous vous retrouverez en état de stress ou d’angoisse intense.

Pratiquez cet exercice jusqu’à ce qu’il soit complètement intégré à votre inconscient et usez et abusez de votre ancrage, qui ne vous lâchera plus.

Chaque fois que vous utiliserez cette technique, vous deviendrez plus détendu, calme, plus à l’aise que la fois précédente.

 

Vous apprenez à votre subconscient à accéder à votre réserve de bien-être interne, même dans des situations qui vous paraissaient compliquées précédemment…

 

Quand vous vous retrouverez dans une circonstance qui aurait provoqué de l’anxiété dans le passé, votre inconscient ouvrira automatiquement votre réservoir à sensations positives et vous reviendrez à cet état de détente.

 

Pour terminer

 

C’est bien évidemment un tout petit aperçu de ce que l’on peut faire grâce à notre inconscient et il serait restrictif et faux de penser que cet exercice se suffit à lui-même.

Certaines personnes, comme je l’ai dit, auront besoin d’un suivi médical approprié ; mais pour d’autres, intégrer cet exercice en quelques jours, pour que l’ancrage soit efficace aux moments clés, est une réalité et n’est pas du tout fastidieux…

 

Merci à vous.

Monique Cuppens

 

Instinctive-toi.